Owain Gunslinger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Owain Gunslinger

Message  Owain Gunslinger le Mer 3 Juin - 14:16


Nom : Owain Gunslinger
Autres noms : Le Pistolero, Manco, One-Handed Man, le Gaucher
Sexe : Masculin
Âge : 35 ans

Groupe : Habitants de la Désolation
Rôle : Flingue à louer / Mercenaire

Qualités : Loyal, flegmatique, prévoyant, survivaliste, as de la gâchette
Défauts : quasi-cynique, taciturne,

Apparence :
Owain et un homme de taille moyenne, dans les 1m75, de poids moyen, bien qu'étrangement athlétique, vu ses conditions de vie. Ses cheveux sont noirs, descendant sur sa nuque, et l'ombre d'une barbe couvre son menton.
Le visage est rude, buriné par les vents de sable du Désert, et le regard bleu acier n'est guère engageant.
Le Pistolero arpente l'Extérieur depuis de longues années, vêtu d'un épais pantalon de toile rêche, et d'une tunique grise. Un ceinturon de cuir ceint ses hanches, dont la boucle de métal semble faite maison avec des pièces de récupération. Un foulard crasseux et effiloché aux bords est noué autour de son cou, et lui sert à se protéger le visage lorsque le vent se lève. Ses bottes, elles, portent le poids des années passées à fouler les Sables : leur cuir est râpé, usé, les bouts et les talons sont renforcés de métal.
La silhouette est rendue caractéristique par le manteau qu'Owain porte, un long manteau de cuir léger, mais assez robuste pour le protéger des intempéries de la Désolation. Il se coiffe d'un chapeau à large bord, troué en un endroit.
Autour de son cou, soigneusement caché par le foulard, un médaillon pend au bout d'une chaîne. Il n'a aucune idée de ce qu'il peut représenter, ni de qui a pu le lui offrir. Tout ce qu'il sait, c'est qu'il l'a depuis toujours, et il le garde comme un talisman, ou quelque chose de ce genre.



Histoire :



Il faisait nuit, maintenant. La journée avait été rude, comme souvent sur ces terres inhospitalières. Le seul réconfort qu'apportait le coucher du soleil était la fraîcheur qui revenait, succédant à la chaleur écrasante de la journée. Sous le ciel vierge de nuages, Owain Gunslinger installait son bivouac pour la nuit. La moto sur la béquille, il s'était assis à même le sable, une couverture étendue près de lui pour son couchage. Dans un petit bidon de métal découpé en un récipient bas, il avait lâché une giclée d'essence pour l'enflammer et se constituer un feu de camp. Pas pour longtemps, juste pour s'apporter un peu de lumière le temps de s'occuper des habituelles tâches. L'entretien des armes, l'inventaire des ressources, le rationnement de la nourriture et de l'eau.

Allumer un feu dans le Désert la nuit, il le savait, c'était une chose risquée. On pouvait s'éclairer, se réchauffer, cuire de quoi manger, mais surtout on pouvait se faire repérer de loin, et s'attirer des ennuis. Les pillards étaient légion dans les Sables, et il ne leur fallait pas beaucoup pour attaquer le voyageur solitaire et lui voler ses biens.

Owain tâchait de faire vite. Il vérifiait ses munitions, et tout son matériel nécessaire à la survie. Ensuite il étoufferait le feu et se coucherait, en faisant en sorte de ne dormir que d'un œil. Mais il n'eut pas le temps de terminer. Il fut interrompu par l'impression d'entendre des sons autour de lui. Ce qui n'était pas pour le rassurer, car il savait se trouver dans une région suffisamment déserte pour ne pas abriter d'animaux.

Owain prit l'un de ses Colts, et arma le chien. Tous les sens en éveil, il attendait que quelque chose se passe. Il avait beau scruter les ombres des dunes alentours, il ne voyait rien, malgré la lumière ténue qu'apportait la lune.
Quelque chose, il avait vu quelque chose bouger, du coin de l'œil. Gunslinger se leva. Il allait devoir lever le camp. Il n'eut pas le temps de commencer à remballer qu'un gars se ruait sur lui en hurlant comme un damné. Le pauvre type prit une balle en plein front, crachée par le Single Action Army du Pistolero. Le silence finit d'étouffer le bruit du coup de feu, et trois autres pillards arrivèrent, comme le premier. Owain eut le temps d'en abattre deux avant que le dernier ne lui tombe dessus brutalement en le bousculant. Les coups de poings s'écrasèrent sur le visage de Gunslinger, qui répondit en donnant un furieux coup de crosse sur la tempe de son agresseur. Il se dégagea et se releva pour voir arriver les quatre buggies qui descendaient des dunes.

Il était fait comme un rat. Le temps de reprendre la moto, ils seraient déjà sur lui. Il n'avait pas de solution. Les buggies tournèrent autour du campement avant de s'immobiliser et de vomir leurs passagers. Tous braquaient des armes de toutes sortes sur leur proie. Une bien maigre prise pour autant d'hommes. Un seul voyageur contre une douzaine de voleurs. Owain n'avait aucune chance de s'en sortir. Il tenait ferme son revolver, et s'apprêtait à en saisir un deuxième, mais un déclic derrière lui l'arrêta dans son geste. Il avait reconnu ce bruit, celui d'un fusil qu'on arme.



    « Tiens, tiens, tiens... Regardez qui on a là... Le Gaucher, en personne. Alors ça, si on m'avait dit ce matin que je tiendrais le Gaucher au bout de mon fusil, je l'aurais jamais cru...
    C'est mon fusil...
    Et qui te l'a donné, débile ? Ferme-la, c'est moi qui parle ! »


Owain ricanait intérieurement. Ces satanés pillards n'étaient pas plus capables de s'entendre que de monter un coup valable. D'ailleurs il ne se fit pas prier pour le leur faire remarquer.


    « Dites donc les gars, on peut dire que vous choisissez vos cibles. Un seul voyageur, pour toute cette équipe. Le butin va valoir le coup...
    Ta gueule, l'ancêtre. Peu m'importe ce que tu as dans ton sac, quand je rentrerai avec ta tête piquée sur mon buggy, je deviendrai le type le plus célèbre et le plus redouté de la région.
    Y a personne, dans la région, Johnny Boy. Toi et tes débiles de copains êtes même pas assez malins pour savoir ça. Sinon, pourquoi vous auriez jeté votre dévolu sur un homme seul ? Pas parce que c'est le Gaucher, tu le savais pas avant de voir mon visage... »


Il les agaçait correctement, mais il savait qu'il ne risquait pas tant que cela. Il avait reconnu l'accoutrement des hommes, et ce n'était pas le gang le plus dangereux ou le plus réputé. En fait, Owain était convaincu d'avoir l'effectif total sous les yeux. Douze hommes. Il n'allait pas pour autant prendre le risque de tirer. Il était menacé d'un fusil, et il n'aurait pas tué trois gars qu'il serait lui-même abattu.


    « Allez, jette ton arme, et fous-toi à genoux. »


Pas d'autre choix que d'obtempérer. Il lâcha son Colt dans le sable, leva les mains et s'agenouilla. Les pillards faisaient déjà le tour de ses affaires, vidant le sac sur le sol, et fouillant tout ce qu'ils pouvaient. Il avaient déjà pris la bouffe et la flotte. Ils avaient trouvé les munitions, et les Colts. Ils inspectaient la moto. Ils ne lui laisseraient rien. S'il ne le tuaient pas, il se retrouverait au milieu de nulle part, seul et dépouillé.


    « Tu sais quoi, Manco ? Je suis de bonne humeur, aujourd'hui. Je vais te laisser la vie sauve. Tu vas pouvoir continuer à mener ta petite vie minable, c'est pas beau ça ?
    Ferme-la et emmène tes abrutis avec toi. Fais ce que tu veux, mais fais-le vite. »


Une violente douleur lui écrasa l'arrière du crâne pendant une fraction de seconde quand le type au fusil lui asséna un coup de crosse. Gunslinger s'étala dans le sable, inconscient.


    « Y commençait à m'énerver, 'çui-là, à nous traiter de débiles... »


Ce fut la lumière du soleil matinal qui sortit Owain de son douloureux sommeil. Il avait un sévère mal de crâne. Il s'assit et ramassa son chapeau. Après avoir massé sa tête et repris ses esprits, il se leva doucement et inspecta les environs. Ils l'avaient laissé là, et il était vivant, c'était déjà pas si mal. Il vit un de ses revolvers là où il avait posé sa couverture. L'arme était encore chargée. Cinq balles. La moto aussi était là. Renversée, elle avait été débarrassée de beaucoup de choses, mais elle semblait encore capable de rouler. Le bidon d'essence qu'il conservait en réserve était parti, et son sac contenant la nourriture et l'eau également. Il n'avait plus rien ou presque.

Maintenant, il n'avait pas cinquante solutions. Il devait repartir, et trouver une manière de continuer. Trouver de la nourriture, de l'eau, retaper sa moto... C'était pas tout à fait repartir de zéro, mais c'était plus de difficultés qu'il n'en avait besoin.
Owain releva sa moto, retira le bouchon du réservoir et inspecta l'intérieur. Il lui restait quelques litres de carburant. Certainement pas assez pour regagner une ville, mais peut-être que cela suffirait à trouver un camp de nomades. Il replaça le bouchon et enfourcha sa machine. Elle démarra sans mal. Au moins, ils n'avaient pas tout saccagé.



La Désolation. Il n'avait connu que ça, toute sa vie. Il était de ceux qui étaient nés dans cet enfer, et qui n'avaient jamais rien vu d'autre que les restes d'un monde disparu. De ses parents, il n'avait aucun souvenir précis. Des images, des impressions, des sons. Le visage de sa mère. Ce dont il se rappelait en revanche, c'était d'avoir été élevé par un clan nomade. L'un de ces nombreux groupes qui n'avaient de cesse de parcourir les Sables. Jamais très longtemps au même endroit, toujours à suivre un itinéraire imprécis, en recherche des précieuses ressources qui rendaient la vie plus supportable.

Avec une telle vie, pas étonnant qu'il soit devenu l'homme qu'il était désormais. Il n'avait pas d'endroit où se poser. Sans cesse en mouvement. Il restait rarement plus de deux nuits sur le même campement. C'était de toute façon trop dangereux. Les gangs de pillards étaient partout, et ils s'en prenaient facilement aux pauvres types isolés. On avait vite fait de se retrouver à poil au milieu des dunes, défait de tout ce qui avait un peu de valeur. Et ici, tout avait de la valeur. Le moindre objet pouvait servir de monnaie de troc.

Le troc, c'était comme ça que beaucoup de gens arrivaient à s'en sortir. Échanger des objets ou des services contre un paiement en eau, en nourriture ou en carburant. Lui, il ne possédait rien en surplus, rien de superflu, juste le strict nécessaire. Un peu de nourriture, un peu d'eau, ses armes et sa moto. Il n'avait rien à échanger, tout ce qu'il pouvait offrir, c'était son talent de tireur. Il avait un don pour faire mouche, et il était rapide. Il parcourait la Désolation en vendant ses services au plus offrant, ce qui revenait souvent à s'enrôler dans la protection de convois. Il en retirait en échange de quoi vivre, rien de plus.

Mais cette existence n'était rien. À quoi est-ce que cela rimait ? Personne ne pouvait le dire, parce que personne ne le savait, pas même lui. Chacun faisait de son mieux pour continuer à vivre, sans savoir exactement pourquoi. Les Aînés, les plus vieux et les plus sages de tous, n'avaient eux-même pas de souvenir de ce qu'était le monde avant de devenir ce désert aride et stérile. Cela faisait bien trop longtemps que la pox-eclipse avait eu lieu, et tout ce qu'on savait encore désormais, c'était que les gens s'écharpaient déjà pour l'une des ressources pour laquelle on se battait encore aujourd'hui. Le carburant.

Toujours les mêmes histoires, et où cela menait-il ? Nulle part. Il ne savait pas où aller, ni avec qui, ni quoi faire d'autre. Il ne pouvait que continuer, mais pour quoi ? Les choses allaient-elles s'arranger ? En un sens, tout le monde l'espérait, même les moins optimistes, et c'était sans doute pour cela que tous poursuivaient leur effort de survie. Pour voir un jour la vie redevenir facile et douce, et le Désert reculer. Mais cela arriverait-il vraiment ?


Inventaire :

  • 1 Manteau de cuir
  • 1 ceinturon à deux holsters (holster droit normal, holster gauche "inversé")
  • 1 holster de cuisse (à droite)
  • 1 holster de poitrine à 2 emplacements (situés contre le flanc gauche)
  • 1 médaillon d'origine inconnue

  • 1 Colt Single Action Army


  • 1 Moto (cross)



Psychologie :
Owain est un survivant. Il arpente les Sables depuis qu'il est né, ou presque, et a appris à vivre avec peu. Son moral est d'acier, et peu de choses sont susceptibles de l'inquiéter. Certains y verraient de l'arrogance, d'autres du cynisme. En réalité, ce n'est qu'un sens aigu des choses. Il n'estime pas sa vie plus important qu'une autre, et si elle doit finir, hé bien soit.

Cela ne l'empêche pas de se montrer prudent et prévoyant. Il a l'habitude de se rationner, tant pour l'eau que la nourriture, ou tout consommable tant que possible. Tellement de prévoyance que c'en est presque maladif, à la limite de la paranoïa. Ainsi, il ne charge jamais ses revolvers au maximum. Ses barillets ne comportent jamais plus de 5 balles, la chambre vide permettant d'éviter les tirs accidentels en cours de voyage. De même, il est presque toujours vu la main droite sous son manteau, n'utilisant que sa main gauche pour tout ce qu'il fait. Ceci lui vaut d'être appelé Manco, ou encore le Gaucher. En réalité, il garde toujours la main droite sur l'un de ses revolvers, prêt à tirer si besoin.

D'ailleurs, Owain est un sacré bon tireur. Pourtant, le Colt Single Action Army n'est pas une arme aisée à manier en combat. Mais cela ne semble pas l'handicaper. On dit qu'il a été vu atteindre un rat à cent mètres de distance. C'est une rumeur, évidemment, mais il est vrai qu'il est rapide et précis.

Gunslinger est un homme solitaire, peu causant et froid d'apparence. En réalité, il a appris à se détacher du monde, puisque finalement rien ne sert de s'attacher aux gens ou aux choses, dans un monde où tout et tout le monde est éphémère, plus que jamais.
Mais si l'on prend la peine d'apprendre à le connaître, on découvre quelqu'un de loyal, amical même, qui sait mettre ses talents au service de qui les mérite.

Malgré tout, Owain n'a jamais réussi à trouver la place qui est la sienne. Ainsi, il erre dans la Désolation, en quête de sens à sa vie.
avatar
Owain Gunslinger
Survivant débutant

Messages : 21
Date d'inscription : 28/05/2015

Feuille de personnage
Equipement: 1 Colt SAA (5 Balles)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Owain Gunslinger

Message  Ironmask le Mer 3 Juin - 23:21

Voilà une fiche comme je les aime! Un personnage taciturne sachant bien se battre et sachant pourtant raison garder, il évite une mort certaine mais perd ce a quoi il tiens, mais va se battre pour le récupérer...Une ambiance western, moi qui adore çà que demande le peuple? Smile

Tu fais le choix de la difficulté, et bien que nous ayons besoin de leader pour les peuplades de la désolation je ne peux qu’approuver un tel personnage, un electron libre ne se fiant qu'a lui dans ce monde barbare... Ta fiche est validée bravo! Je ne te dis pas bienvenue parmi nous comme tu es co-fondateur de ce forum! Surprised
avatar
Ironmask
Admin

Messages : 73
Date d'inscription : 18/05/2015

Feuille de personnage
Equipement: Smith et Wesson cal 44.Magnum

Voir le profil de l'utilisateur http://madmaxworld.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum